Autonomie, personnes âgées et en situation de handicap : quelles options budgétaires pour faire face aux besoins dans notre département ?

Mots-clés : , , , ,

Marie-Christine STANIEC s’est exprimée en séance budgétaire sur le budget de l’autonomie : un budget en croissance lié aux besoins des personnes âgées et handicapées qui ont besoin, dans notre département, d’un accompagnement renforcé lié à la situation sociale de notre population.

La crise sanitaire a révélé au grand public les difficultés du secteur social et médico-social, la pénibilité des conditions de travail et les problématiques de l’autonomie, de l’isolement et des conditions de vie des personnes âgées et handicapées.

Avec le Covid, le département s’est vu conforter dans son rôle de solidarité (équipements sanitaires pour les Ehpad par exemple). En 2020, le Nord a pris la décision de revalorisation le tarif des services d’aide et d’accompagnement à domicile : une demande de longue date de notre groupe politique. Des initiatives positives ont été prises avec, par exemple,l’équipement des Ehpad en tablettes numériques.

Notre département a une grande responsabilité pour assurer la continuité des services publics, maintenir le lien avec les citoyens les plus fragiles et protéger des secteurs oubliés par les aides étatiques. Avec la crise, les sujets de la santé, du bien vieillir et de l’inclusion des personnes handicapées sont en effet parmi les priorités des priorités.

Nous constatons que les chiffres du budget 2021 sont en augmentation pour la politique autonomie qui représente dans le Nord un budget de 718 M€ avec une progression de la PCH (+ 2,9 %) et de l’APA (+ 9 %) liée au vieillissement de la population et aux besoins importants dans le secteur du handicap.

Nos points de vigilance concernent la stabilité des moyens affectés à l’autonomie. Le rapport budgétaire souligne l’enjeu de « contenir la croissance de l’APA sur les prochains exercices ». Nous savons bien qu’il s’agit d’une allocation dynamique compte-tenu du vieillissement de la population nordiste et des besoins importants sur la dépendance. Seule une réforme nationale peut apporter de véritables réponses : le moins-disant social à l’échelle du département n’est pas la solution.

Le Nord a été précurseur dans la mise en place des Comités Locaux d’Information et de Coordination (CLIC) qui avaient pour mission de répondre aux besoins des personnes âgées. La majorité départementale a décidé de fusionner les CLIC de 30 à 16 structures. En outre, les CLIC devenus Relais Autonomie doivent désormais accompagner les personnes handicapées sans moyens financiers ni ressources humaines supplémentaires malgré des besoins de conseils en hausse.