Touche pas à notre Département – communiqué de Charles Beauchamp et Didier Manier

Mots-clés : , , , , ,

Communiqué commun de Charles BEAUCHAMP, Président du groupe Communiste Républicain Citoyen et Apparenté et de Didier MANIER, Président du groupe Socialiste, Radical et Citoyen

Certains hommes politiques, experts et technocrates déclarent périodiquement qu’il faut supprimer le département. En avril 2017, le candidat Emmanuel Macron précisait ainsi dans son programme officiel « Nous réduirons le millefeuille administratif. Nous supprimerons au moins un quart des départements, là où ils peuvent être rapprochés de l’une de nos grandes métropoles. »

Début août, le Président de la République a donc reçu en catimini cinq présidents de Métropoles – dont celui de la Métropole Européenne de Lille – afin d’accélérer le processus de transfert des compétences des Départements aux Métropoles selon le « modèle lyonnais ».

Il s’agit d’un projet idéologique contre les intérêts des populations et contre la décentralisation.

Le Gouvernement a déjà entamé la reprise en main des collectivités avec la mise sous tutelle des budgets locaux, la diminution des dotations financières de l’État, la suppression de leviers fiscaux comme la taxe d’habitation ou la baisse des crédits dans le champ du logement social et de la politique de la ville.

Il s’apprête désormais à lancer la suppression d’un échelon historique de la décentralisation qu’incarne le Département au mépris de la démocratie locale.

Les transferts de compétences entre Départements et Métropoles permettront-ils de réaliser des économies de fonctionnement pour une amélioration du service public ? La création de la Métropole de Lyon en 2014 issue de la fusion entre le Département et la communauté urbaine ne le démontre pas.

Cette nouvelle organisation métropolitaine va-t-elle permettre de mieux combattre les inégalités territoriales qui sont encore prégnantes dans le Département du Nord ou va-t-elle plutôt fracturer davantage nos territoires en accentuant le phénomène de relégation ?

Enfin, la gouvernance métropolitaine est-elle véritablement un modèle démocratique ? Quel est son degré de légitimité sur les compétences départementales liées aux solidarités humaines et territoriales ?

Croire qu’il s’agit de décerner le titre de Métropole à certains territoires pour leur donner une consistance politique aux yeux des citoyens est une vision de l’esprit.

Nous demandons au Président du Conseil départemental du Nord l’organisation d’un débat politique lors de la prochaine Séance Plénière du 8 octobre sur la métropolisation afin que l’ensemble des citoyens nordistes puissent être informés des enjeux et des risques d’un tel projet.