Soutien au mouvement social des sapeurs-pompiers !

Mots-clés : , , ,

Isabelle MARCHYLLIE est intervenue en soutien à la mobilisation nationale des sapeurs-pompiers qui rencontre un écho particulièrement important au sein de nos casernes nordistes.

Cela fait plusieurs mois que les pompiers sont en grève. Elle a été décidée par sept organisations syndicales qui représentent plus de 85% des sapeurs-pompiers professionnels. Le malaise est important dans la profession.

En cause, l’augmentation constante du nombre d’interventions. Les pompiers sont de plus en plus sollicités pour tout et n’importe quoi. Le système de régulation des appels téléphoniques ne fonctionne pas correctement selon les syndicats.

Le manque d’effectifs est également pointé du doigt avec la tendance générale de recruter des volontaires pour pallier le nombre insuffisant de professionnels.

Le ras-le-bol est également dû aux agressions que subissent les sapeurs-pompiers. Elles se sont multipliées ces dernières années : + 23% en 2017. Leur métier est de plus en plus dangereux car les violences à leur encontre sont de plus en plus courantes.

Pour rappel, notre collègue Patrick KANNER a lancé au Sénat une mission d’information afin de faire avancer le sujet. La sécurité des pompiers en tous points du territoire doit être une priorité. C’est un enjeu républicain.

Malheureusement, les sapeurs-pompiers ont le sentiment aujourd’hui de ne pas être suffisamment écoutés et pris en compte ; à l’image des personnels hospitaliers qui, eux-aussi, font face à une dégradation de leurs conditions de travail. Les pompiers n’ont pas de réponse concernant leur demande de revalorisation de la prime de feu. Ils ont également des inquiétudes liées au projet de loi de transformation de la fonction publique qui pourrait favoriser le recours massif à des contractuels, sans formation, sans concours et progressivement déliter le statut des fonctionnaires. Enfin, la future réforme des retraites est un sujet de crispation supplémentaire. Les pompiers souhaitent en effet que soit reconnu la spécificité de leur métier avec la faculté de partir avant l’âge légal comme les militaires ou les policiers.

Préserver et conforter le statut des sapeurs-pompiers est un enjeu pour notre système de secours qui est l’un des piliers de notre service public.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de la question d’actualité posée par Isabelle Marchyllie lors de la séance plénière du 18 novembre 2019