Soutenons les maires qui agissent contre les pesticides !

Mots-clés : , , , ,

Nous avons déposé le 7 octobre dernier avec le Groupe Communiste une motion de soutien aux Maires du Nord qui ont pris la décision d’interdire l’usage du glyphosate sur leur territoire.

En guise de réponse, le Président Jean-René Lecerf a proposé d’organiser sous la conduite du Vice-Président Patrick Valois une rencontre avec la Chambre d’Agriculture afin d’évoquer les enjeux de la lutte contre les pesticides.

La Chambre d’Agriculture a fait part de sa volonté de continuer d’avancer sur le sujet et d’accompagner les exploitants dans la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires. Elle a également fait valoir des arguments liés à la rentabilité économique des exploitations agricoles.

Nous sommes évidemment sensibles aux difficultés et aux contraintes du métier d’agriculteur. Il s’agit d’une profession qui a dû affronter plusieurs crises : celle du porc, celle du lait et celle de l’élevage bovin. C’est une profession qui doit être davantage soutenue. Cela va sans dire.

A l’issue de la réunion, Monsieur Patrick Valois nous a proposé de réfléchir sur une nouvelle version édulcorée de motion de soutien aux initiatives qui visent à réduire l’usage et l’impact des pesticides.

La philosophie du texte est différente. Il ne s’agit plus d’une motion de soutien aux Maires du Nord qui ont interdit le glyphosate sur leur commune mais d’une motion qui promeut les bonnes pratiques agricoles.

Les comportements exemplaires sont à encourager ; certes.

Cependant, le véritable enjeu demeure la transformation du modèle agricole afin de s’inscrire dans la transition écologique et sociale. C’est une question de santé publique pour les consommateurs comme pour les agriculteurs. C’est une question de solidarité avec la profession agricole encore trop dépendante de l’industrie agrochimique. C’est une question enfin de sauvegarde de l’environnement et de la biodiversité.

Certains élus croient défendre les agriculteurs en défendant des pratiques agricoles qui permettraient de rivaliser sur la scène internationale en termes de coût et de compétitivité. Il s’agit d’un mauvais combat. D’ailleurs, nous ne pouvons pas être satisfaits de la ratification du Ceta, le traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.

Aujourd’hui, les citoyens attendent de la part des représentants politiques des actes forts en matière de transition écologique et sociale. Il faut s’engager dans ce débat sur l’avenir du modèle agricole et ne pas rester sur le banc de touche.

SIGNER LA PÉTITION DE SOUTIEN AUX MAIRES DANS LEUR COMBAT CONTRE LES PESTICIDES

La vidéo de l’intervention de Benoit Vandewalle lors de la séance plénière du 18 novembre 2018