Retraites : pourquoi nous soutenons la mobilisation !

Mots-clés : , , , ,

A l’appel de nombreuses fédérations et confédérations syndicales, un préavis de grève a été déposé ce 5 décembre 2019 pour alerter sur un projet de réforme des retraites qui accentuera immanquablement les inégalités du système actuel et dont les contours s’avèrent particulièrement flous.

C’est pourquoi, de Valenciennes à Dunkerque, de Douai à Lille, nous étions présents, élu-e-s du Département, dans les cortèges aux côtés des Nordistes.

Nous regrettons l’absence de prise en compte des remarques et propositions des partenaires sociaux et tenons à réaffirmer notre attachement au dialogue social, au système de retraite par répartition, la prise en compte de la pénibilité du travail et des carrières longues.

Mais au-delà de cette réforme des retraites, nous assistons à une exaspération inédite et préoccupante qui n’a pas manqué de s’exprimer également au cours de cette journée de mobilisation largement réussie. Nous y voyons la nécessité de répondre de manière claire à l’urgence sociale, la question des salaires, le besoin de services publics de proximité, les difficultés de la jeunesse et celle des territoires. L’attente de nos concitoyens est forte et doit collectivement nous interpeller.

Dans l’élaboration du budget départemental pour l’année 2020, qui sera soumis au vote le 17 décembre prochain, nous constatons par ailleurs un grand décalage entre les orientations de la majorité départementale (LR, UDI, DVD, LaREM) et le fort besoin de solidarité avec la population du Nord et avec ses territoires. Cela nécessiterait pourtant des réponses spécifiques, des marges de manœuvres budgétaires et une présence publique quotidienne au plus proche de la population.

En parallèle, les dispositions du gouvernement concernant les Départements ne facilitent pas les choses : la contrainte forte imposée par le contrat budgétaire avec l’État empêche d’apporter des réponses nouvelles aux besoins urgents. L’absence de financement adapté aux dépenses du RSA pour les personnes privées d’emploi, de l’APA pour les personnes âgées dépendantes et de la prestation handicap reste largement à la charge des Départements. Un mouvement de recentralisation au niveau de l’État s’organise alors que les solutions sont locales. Les dispositions fiscales envisagées vont couper les Départements du contribuable local au risque de ne plus comprendre le sens de notre action… Tout cela dans une totale absence d’écoute et le refus du dialogue comme lors du récent Congrès de l’Assemblée des Départements de France. Dans ce contexte, nous sommes frappés par l’étrange complaisance de la majorité départementale avec le gouvernement.

Aussi, face à l’absence de dialogue social, à la marginalisation organisée des corps intermédiaires et des acteurs locaux nous avons décidé d’apporter notre soutien à la mobilisation du 5 décembre et à sa poursuite dans les prochains jours et prochaines semaines. Le pacte social, véritable ciment de notre nation, ne pourra être préservé que si le gouvernement ne s’aventure pas dans un exercice solitaire du pouvoir et ne persiste pas dans cette politique néolibérale du chacun pour soi.