Retour sur le budget 2020 de la politique culture

Mots-clés : , ,

Intervention de Roméo Ragazzo sur la politique culturel à l’occasion du débat sur le Budget Primitif 2020.

La culture est une politique volontariste importante, qui favorise l’émancipation. Elle crée du lien social mais également de l’attractivité, des richesses et de l’emploi. C’est pourquoi, nous avons toujours défendu la politique culturelle départementale.

Malheureusement, lors du changement de majorité, ce budget dédié à l’action culturelle n’a pas été sanctuarisé. Ce n’est pas le choix qu’avait fait la gauche auparavant. 

En 2015, le budget de la culture a été amputé de 1,57 M€. En 2016, 2017 et 2018, cette politique d’économies a été reconduite. Le budget se chiffrait alors en fonctionnement à environ 11 M€.

Puis en 2019, la majorité a décidé de renforcer les moyens de la politique culturelle ; chose qui est confirmée pour 2020. Le budget se chiffre à 14,5 millions d’euros en fonctionnement.

8,1 M€ seront affectés aux équipements culturels départementaux et 6,4 M€ seront consacrés au financement des acteurs culturels.

Le Nord a un très beau réseau de musées innovants et attractifs qui doit être soutenu. Pour autant, nous souhaiterions que les acteurs culturels du territoire puissent bénéficier d’un soutien équivalent. Le Département du Nord pourrait fournir cet effort. Il s’agirait d’un signal positif pour les associations qui défendent la culture pour tous sur nos territoires.

La politique culturelle doit en effet fonctionner sur ses deux jambes avec la culture muséale d’un côté et la culture vivante de l’autre.

Enfin, en matière d’investissement, nous avons noté le haut niveau de budget inscrit pour 2020 à hauteur de 9,3 M€, soit le double de 2019 avec la rénovation de la Maison natale Charles de Gaulle et du cryptoportique au Musée de Bavay ; dont acte.

J’ajouterai la nécessité de penser pour l’avenir un dispositif pour sauver le patrimoine du bassin minier. Un article paru le 1er décembre dernier dans Aujourd’hui en France notait une forte dégradation, un manque criant de financement et un risque certain de perdre à terme le label « Patrimoine Mondial de l’UNESCO ». Notre collectivité doit là aussi en prendre toute la mesure.

Au final, nous avons deux préoccupations principales concernant l’action culturelle départementale.

La première est la politique de lecture publique. Nous avons déjà alerté sur ce sujet. Il nous a été répondu qu’un grand projet innovant allait être lancé pour la Médiathèque départementale. Nous sommes dans l’attente.

Enfin, nous sommes régulièrement interpellés par les acteurs de terrain dans le domaine de l’insertion par la culture qui était jadis cofinancée par les deux délégations. Des crédits de la politique d’insertion ont depuis été supprimés. Cela est regrettable.