Relançons un plan cyclable à l’échelle du département !

Tribune de Didier Manier parue dans le magazine Nord 360 des mois de juillet / août 2020

Le contexte actuel nous révèle l’étendue des vertus de l’usage de la bicyclette.

L’enjeu environnemental est le premier qui nous vient à l’esprit. Mais la crise sanitaire nous rappelle à quel point le vélo est porteur d’enjeux de santé publique, sur le plan sanitaire, parce qu’il permet le respect de la distance physique et d’éviter les flux massifs dans les transports en commun, mais aussi et plus largement pour son impact sur la bonne santé des personnes en prévenant un bon nombre de risques. L’argumentation en faveur du développement de la pratique du vélo se trouve ainsi fortement intensifiée.

En 2013, la majorité départementale de gauche avait lancé le Schéma Mobilité Liberté 2030 adopté à l’unanimité après concertation avec les associations dans l’ensemble des territoires nordistes. Dans la foulée, nous avions lancé un plan cyclable départemental. Il avait pour objectif de réaliser 2 000 km d’aménagements cyclables dans le département.

Avec le changement de majorité départementale en 2015, nos ambitions ont été rangées au placard. En 2019, le Nord ne comptait que 361 km de bandes et 249 km de pistes cyclables sur 4 500 km de routes départementales.

Il est urgent de relancer le plan cyclable et d’investir davantage pour le vélo : traiter les points noirs, sécuriser les itinéraires les plus circulés, développer les véloroutes voies vertes ou encore favoriser la desserte cycliste des pôles multimodaux (gares, établissements scolaires).

Le vélo doit retrouver une véritable place dans la stratégie départementale au regard des enjeux de mobilité, de santé publique, de qualité de vie, de préservation de l’environnement et de transition écologique.