Politique de lutte contre la fraude au RSA : faut-il croire au miracle ?

Mots-clés : , , , , ,

VICOT-HOUZ5711Communiqué de Roger Vicot, Conseiller départemental du Nord et ancien vice-président en charge de la solidarité et de la lutte contre les exclusions 

***

Dans l’édition de La Voix du Nord du 18 mars, le vice-président Olivier Henno en charge de l’insertion commente les derniers chiffres du Revenu de solidarité active reçus de la Caisse d’allocations familiales (Caf) du Nord.

L’appel de fonds de la Caf au Département pour financer le RSA marque une baisse ce mois-ci. Il passe de 54 à 52 millions d’euros, soit une économie de 2 millions d’euros pour la collectivité ce qui correspondrait à la sortie de 2000 foyers nordistes du dispositif.

Monsieur Henno impute cette baisse du nombre d’allocataires à la politique de lutte contre la fraude annoncée par la majorité départementale.

L’explication est bien hardie.

En effet, la politique de lutte contre la fraude a été votée le 17 décembre 2015 : il y a tout juste trois mois !

Mais surtout, le service départemental de lutte contre la fraude n’était pas encore créé ! Sa création ne pouvait être actée qu’après son passage en comité technique paritaire qui était convoqué le 17 mars dernier au Département du Nord !

Par quel miracle, un service inexistant chargé d’appliquer une politique votée au mois de décembre peut-il obtenir des résultats aussi rapides et surprenants ?

Les cierges ont dû coûter cher ! Remercions Sainte Rita !