Plan de relance : jusqu’à quand fera-t-on payer aux collectivités les carences de l’Etat ?

Mots-clés : , , , ,

Communiqué du Groupe de Gauche de l’Assemblée des Départements de France.

Le 3 septembre le Gouvernement a enfin dévoilé son plan de relance de 100 milliards d’euros à la suite de la crise de la COVID. Les Présidentes et Présidents des Départements de gauche retiennent qu’encore une fois le compte n’y est pas, le Gouvernement faisant a nouveau peser ses carences sur le dos des collectivités sans le moindre geste en retour.

Lors du discours de politique générale du Premier ministre nous réagissions déjà en demandant des actes plus que des paroles. Avec la présentation de ce plan, le Gouvernement met en place une relance unijambiste uniquement centrée sur l’investissement sans reconnaître l’initiative territoriale des collectivités comme un pilier indispensable pour la reconstruction d’une France solidaire, citoyenne et écologique.

Avec la crise de la COVID19, les Départements se sont mobilisés dans l’urgence pour venir en aide aux plus vulnérables et inventer des solutions adaptées aux difficultés. Leur force dans cette période : une proximité avec les habitants et acteurs de terrain, des valeurs de solidarité ancrées et un sens profond du service public.

Nous attendions un plan de relance qui tire les leçons de la crise, force est de constater que le compte n’y est pas pour les collectivités et que l’appel au plan de relance au titre de la solidarité nationale n’est pas payé en retour par la solidarité territoriale de l’État envers les territoires.

Le fond même du plan est discutable : il mêle de la subvention, du prêt, des garanties, des fonds propres, beaucoup de recyclage de mesures déjà annoncées, qui pour certaines n’entreront en vigueur qu’avec le projet de loi de finances de 2021. Tout ce temps perdu accentue la facture et la fracture d’une crise économique sans précédent. 

De plus ce plan souffre de nombreux angles morts. Il est insuffisant sur le plan social, ignorant les Français dans la précarité, les jeunes, qui ont souffert d’une perte de pouvoir d’achat avec l’épidémie ; il est insuffisant sur le plan environnemental avec des annonces très limitées sur la prime de rénovation énergétique et il est insuffisant sur le plan économique, pour les TPE-PME qui vont avoir du mal à rembourser le prêt général aux entreprises (PGE) et seront confrontées à un problème de solvabilité.

Le Gouvernement doit impérativement et rapidement revoir sa copie et permettre une réelle complémentarité avec les initiatives et les actions que nous menons au quotidien pour les habitant.e.s de nos territoires.

Faire confiance aux territoires est essentiel pour réussir à redresser notre économie et engager la transition écologique. Il n’y a pas une minute à perdre pour agir face aux conséquences économiques et sociales de la crise de la COVID 19.

A propos du Groupe de Gauche de l’ADF : Le Groupe de gauche de l’ADF réunit les 33 président-e-s de départements de gauche (P.S., P.R.G., P.C. et divers gauche) adhérents de l’Assemblée des départements de France association pluraliste qui réunit les présidents des 102 départements (96 départements métropolitains et six ultra-marins).