Non à la casse de la politique départementale de l’éducation !

A l’occasion d’un point presse sur la rentrée scolaire, la Conseillère départementale de Lille 3 Alexandra Lechner a pu dénoncer les désengagements de la nouvelle majorité de droite en matière d’éducation.

En 2012, la majorité de Gauche avait lancé des Ateliers citoyens sur l’éducation. L’objectif ? Co-construire une nouvelle politique départementale en partenariat avec les associations, les parents d’élèves, les collégiens et l’ensemble de la communauté éducative. A l’issue de cette concertation, le Projet Educatif Global Départemental ou PEGD a pu être testé dans 30 collèges à titre expérimental.

Le dispositif a fait ses preuves. Avec le PEGD, les établissements ont pu se doter d’un projet éducatif adapté aux besoins et aux envies des élèves afin de leur proposer des actions pédagogiques complémentaires aux programmes scolaires : sorties culturelles, interventions d’associations, etc. Animé par la volonté de prendre en compte tous les aspects de la vie des jeunes, le PEGD était en voie de généralisation dans l’ensemble des collèges nordistes.

A son arrivée à la tête du Conseil départemental, la nouvelle majorité a décidé de suspendre le PEGD pour, soi-disant, l’évaluer. Il ne s’agit que d’un prétexte. En réalité, l’évaluation du PEGD était prévue dès le lancement du dispositif. Elle est même permanente. La décision de suspendre le PEGD va avoir pour principal effet de démobiliser les communautés éducatives des collèges qui avaient travaillé sur un projet de fond pour leur établissement. D’ailleurs, une quatrième vague de collèges était prête à entrer dans le dispositif à l’occasion de cette rentrée scolaire.

Le coup d’arrêt porté aux projets éducatifs n’est pas le seul sujet de préoccupation. En effet, de manière unilatérale, le Président du Conseil départemental a annoncé cet été la suppression du Pass’Sport en Nord et du Chéquier jeunes en Nord à compter de la rentrée scolaire 2015 – 2016. Pour rappel, le dispositif du Pass’Sport donnait droit à un chèque de 50 euros à chaque enfant entrant au collège en 6ème. Gratuit, il pouvait prendre en charge tout ou partie du coût de la licence sportive dans les clubs partenaires. Quant au dispositif du Chéquier jeunes, il offrait un chèque d’une valeur de 50 euros à tous les 3èmes afin d’accéder à des activités culturelles et de loisirs.

En outre, la baisse de l’investissement public départemental va impacter la politique en faveur des collèges. Jusqu’à présent, le Nord était dans le top 5 des Départements français qui investissent le plus dans les collèges. Aujourd’hui, les investissements vont subir un coup de rabot. Certains projets sont déjà gelés à l’image de la reconstruction du collège Robert Schuman dans la commune d’Halluin.
Peut-on reprocher à la droite son programme pour les collégiens du département ? NON puisqu’elle n’en avait pas… Mais ce que nous lui reprochons aujourd’hui, c’est de démanteler un par un les dispositifs éducatifs volontaristes qui fonctionnaient jusqu’à présent !