Les intox de Jean-René Lecerf

Jean René LECERF s’est exprimé dans les différentes éditions de l’Observateur la semaine dernière. L’occasion pour la majorité départementale de constater que celui-ci multiplie les incohérences et les approximations. Inquiétant donc, pour cet ancien conseiller général qui rêve de devenir Président du Conseil départemental.

Ce sénateur, représentant de la République, accuse la majorité départementale d’avoir redécoupé les cantons avec des arrières pensées politiciennes. Découper de nouveaux cantons n’est pas un choix de la majorité départementale ou du gouvernement actuel; c’était une obligation consécutive à la suppression des conseillers généraux et des cantons par le gouvernement de droite de François Fillon; Monsieur Lecerf a la mémoire courte !

En revanche, c’est la majorité actuelle qui a souhaité que ce scrutin permette de faire un grand pas dans la parité de nos assemblées qui étaient en retard sur ce point. Les propos de Jean René Lecerf sont l’illustration d’une droite conservatrice s’opposant à toute forme de progrès ou de modernité.

La gestion du Département par la majorité serait, selon lui, calamiteuse. Qui a fait le choix de ne pas augmenter la fiscalité depuis 2008 afin de ne pas pénaliser davantage les nordistes frappés par la crise économique? Qui a fait de l’investissement une priorité afin de sauvegarder nos emplois? La majorité départementale a toujours fait preuve d’une gestion responsable avec comme objectif l’amélioration permanente du quotidien des Nordistes et le développement de nos territoires.

Mais, l’opposition précise avoir des propositions concrètes pour la collectivité départementale :

  • « les enfants placés par l’Etat soient pris en charge par des familles ce qui coûterait moins cher »: nous lui rappelons que ce n’est pas l’Etat qui mène des actions en faveur des mineurs en difficulté mais bien les services départementaux. Jean René Lecerf n’étant plus conseiller général, il ne maîtrise peut être plus les compétences de notre collectivité.

  • investir « dans les logements adaptés tout en limitant les coûts des maisons de retraite » : Les coûts de ces établissements sont maîtrisés, le taux d’évolution des tarifs fixés par le Département est faible, voire nul pour certaines années. Le Département s’efforce de concilier le besoin en personnel qualifié des établissements, ce qui a un coût, et les charges qui pèsent sur les familles. C’est un équilibre difficile, un sujet qui doit être traité avec sérieux. Les propos de Monsieur Lecerf témoignent de sa méconnaissance du sujet, ou peut-être s’agit-il simplement de propos démagogiques de campagne qu’il oublierait bien vite de traduire en acte s’il devenait majoritaire demain.

  • « faire le tri entre ceux qui ont besoin du RSA et ceux capables de revenir vers l’emploi », « lutter contre la fraude du RSA» « que les allocataires du RSA soient embauchés de préférence par les entreprises »: Quel mépris pour les femmes et les hommes qui souffrent durement de la crise économique. Pour Monsieur Lecerf, il ne s’agit pas de les accompagner, les orienter, mais de les trier! Proposition inapplicable mais surtout caricaturale que celle de faire le tri entre les allocataires du RSA quant nous, nous proposons une véritable politique d’insertion et retour à l’emploi via le micro crédit ou le Fonds départemental d’innovation en faveur de l’insertion professionnel qui vise à un retour durable à l’emploi.

Enfin, et sans aucune surprise, la droite s’en prend comme toujours aux  fonctionnaires qu’elle juge trop nombreux. Nous lui rappelons que derrière ce mot « fonctionnaires », ce sont des femmes et des hommes qui veillent à la qualité du service public rendu aux Nordistes, ce sont des professionnels qualifiés, dévoués, engagés, qui aménagent et et entretiennent nos routes, ce sont des assistants sociaux, des médecins, des ingénieurs, des personnels techniciens, ouvriers et de services dans nos collèges.