Le Nord en panne de relance !

Mots-clés : , , , , ,

En Séance Plénière du 28 septembre dernier, la majorité départementale a présenté le budget supplémentaire pour 2020 lié à la crise sanitaire.

Plusieurs informations :
– les dépenses liées à la Covid-19 se chiffrent globalement pour le Nord à plus de 50 millions d’euros (achats de fournitures sanitaires et mesures d’accompagnement),
– les recettes des droits de mutation (issues du marché immobilier) marquent un ralentissement,
– le Revenu de Solidarité Active connaît une augmentation de 20 millions d’euros par rapport aux dépenses prévisionnelles.

Le Vice-Président aux Finances a utilisé cette présentation pour justifier les « efforts » de gestion réalisés depuis 2015 sur les recettes (augmentation des impôts) et les dépenses (baisse de tous les budgets) : des « efforts » qui, selon lui, permettent au département de faire face.

L’affirmation est totalement fausse !

Tous les départements ont fait face à la crise sanitaire même les plus fragiles financièrement.

En réalité, la majorité départementale ne gère pas la crise plus efficacement et plus généreusement que les autres départements…

Sur les primes par exemple, les montants décidés pour le secteur de l’aide à domicile dans le Nord (500 euros en moyenne par agent) sont bien inférieurs aux montants décidés par notre voisin du Pas-de-Calais (1 500 euros en moyenne par agent).

Pour faire face à la crise, la majorité départementale de droite n’a pas proposé de plan de relance mais un petit plan de rattrapage au regard des désengagements financiers qui ont été imposés depuis le début du mandat en 2015 !

Les aides supplémentaires aux plus fragiles ne se chiffrent qu’à + 2,8 millions d’euros sur un budget total de plus de 3 milliards…

Concernant l’investissement, le Nord peine à relancer la vapeur. Il était en 2018 le département qui investissait le moins parmi tous les départements de la grande région !

Le temps est venu pour notre département de retrouver son rôle de bouclier social et de locomotive économique pour l’investissement public. A période exceptionnelle, mobilisation exceptionnelle !

Didier Manier