CSN

Le Canal Seine Nord Europe, carte majeure pour le développement durable dans le Nord.

Mots-clés : ,

Les Départements du Nord, du Pas-de-Calais, de l’Oise et de la Somme, ont officialisé leur engagement pour la réalisation du Canal Seine Nord Europe. Nos collectivités y consacreront 500M€. Le Nord s’engage à hauteur de 200M€.

Le Canal Seine Nord était le chainon manquant pour relier la grande région Nord au réseau fluvial européen.

Sa mise en œuvre à compter de 2017 permettra à notre Département de prendre enfin une place de taille dans le secteur de l’économie fluviale à grand gabarit.

C’est une opportunité économique exceptionnelle. Son retentissement dépassera largement celui de l’ouverture du Tunnel sous la manche.

On parle d’un minimum de 12 000 emplois directs et indirects liés au chantier. Mais encore de la création de 50 000 emplois liés au développement de notre économie fluviale.

CSN2C’est donc un projet colossal, une bouée de sauvetage pour la situation de l’emploi dans le Nord, un véritable espoir pour tous ces jeunes, toutes ces entreprises qui vont pouvoir exercer de nouvelles activités.

Ce projet représente l’avenir, notre dynamisme. C’est une nouvelle turbine économique. C’est bien pourquoi, L’Europe, l’Etat, et 4 départements partenaires financeront le Canal Seine Nord.

Passer à côté d’une telle aubaine, alors que nous sommes sur un marché fluvial en pleine extension aurait été une erreur. C’est pourquoi les conseillers généraux socialistes se sont battus pour la réalisation de ce projet.

Depuis 10 ans, le volume des marchandises transportées par voies fluviales à plus que doublé.

Un volume qui devrait encore grossir avec notre Canal Seine Nord, mais aussi le projet Saône Moselle/Saône RHIN qui permettront tous deux la création d’un vrai maillage fluvial dans notre pays.

Ainsi se concrétise notre volonté de trouver des alternatives au tout routier et notre politique de développement durable.

Le fluvial c’est 5 fois moins de pollution, zéro bouchon, et une accidentologie proche de zéro. C’est encore un moyen de transport fiable. Les itinéraires de navigation sont scrupuleusement respectés, en terme de coût de transport, de démarches douanières, il y a aussi de plus en plus d’intérêt à choisir le fluvial.

C’est donc une vraie voie d’avenir qui s’ouvre avec le Canal Seine Nord. Le Nord ne voulait pas laisser passer cette chance.

Ainsi, maintenant, nous devons impérativement nous préparer à accueillir cette nouvelle économie.

Cela veut dire préparer nos jeunes et nos entreprises et être en capacité de répondre aux besoins nouveaux et aux enjeux qui s’offrent à nous.

Ils émergent dans le secteur de la logistique, de la réparation fluviale, dans la fabrication de conteneur, l’aménagement de berges, dans tout ce qui concerne la sécurité et la sureté s de navigation.

Cela veut dire que des nouvelles filières s’imposeront et avec elles des formations spécialisées.

Nous ne sommes pas encore bien familiarisés avec les métiers de la navigation, c’est une culture que nous devrons développer.

C’est une chance à saisir pour les jeunes pour se former par exemple aux métiers spéciaux des transports de passager, de conduite des bateaux. Il y a aussi tous ces métiers de gestion d’infrastructures, d’artisanat batelier, d’agent de transit, d’équipementier, et sans oublier bien entendu le tourisme fluvial.

On ne peut qu’être motivés, et favorable à ce projet et à cet investissement dont les retombées sont gigantesques.

Le Nord s’engage à hauteur de 200 millions d’euros.

Avec cet investissement, il joue une carte majeure pour son avenir économique, c’est la carte gagnante du développement durable.