Handicap : quand les coupes budgétaires frappent les plus fragiles !

Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

Le 17 décembre dernier, la majorité départementale imposait une baisse de 3% du financement en direction des établissements sociaux et médico-sociaux. Le désengagement se chiffre à plusieurs millions d’euros pour le secteur du handicap.

Les structures n’ont pas pu se préparer à la baisse de leur budget, les décisions sont prises à marche forcée et sans aucune concertation. Elles vont devoir à présent prendre des décisions radicales, immédiates et brutales : augmenter le prix de journée ou « alléger la masse salariale » de leur structure c’est-à-dire licencier. Dans le Nord, ces suppressions de postes pourraient toucher des centaines de postes (près de 200 personnes pour la seule association UDAPEI-Papillons Blancs).

Les témoignages des familles et des associations recueillies par la presse attestent de la violence de ces mesures :

– une nouvelle donne financière qui risque de conduire à des « refus de prise en charge de handicapés » (AFM-Téléthon) et à une « exclusion renforcée » (SourdMédia) ;
– il est « incompréhensible qu’on puisse frapper sur les plus faibles » (UNAFAM) ;
– «Ma fille, à 22 ans, est toujours accueillie en IM-PRO (institut médico-professionnel), alors que c’est jusqu’à 20ans a priori. Elle est sur une liste d’attente pour un foyer de vie. » (Sandrine Maze, maman de Bénédicte, à Anzin, vit le problème du handicap au quotidien) ;
– « faire reporter toute la charge sur les familles, sans moyens, est impossible » (Autisme 5962) ;
« c’est une remise en cause de la loi 2005, qui pose le principe d’un accueil à égalité pour tous » (Udapei du Cambrésis).

Soyons clairs, personne ne conteste la recherche de solutions innovantes, alternatives aux prises en charges collectives. Mais cela ne peut pas se faire en tordant le bras des structures et associations qui agissent au quotidien, en touchant à la qualité de l’accompagnement des personnes en situation de handicap ou en déstabilisant l’équilibre déjà précaire des familles.

Alors que près de 3000 personnes sont en attente d’une solution d’accueil ou d’accompagnement dans le Nord, la question du handicap ne peut se réduire à une simple variable budgétaire.

Attachés aux principes de justice et de solidarité, nous ne pouvons que soutenir les associations et les familles qui réclament avant tout un peu d’humanité !

Pour aller plus loin :

La Voix du Nord du 03 mars 2016, Handicap : haro sur les baisses de subventions du Département du Nord

20 Minutes du 29 février 2016, Nord: Le département taille (aussi) dans les aides au handicap 

Dossier de presse du Comité d’Entente du Nord regroupant l’AFM Téléthon, ANPEA, APAJH, APF, Autisme 59/62, FNATH, R’EVEIL AFTC 5962 Sourdmédia, UNAFAM, Udapei Papillons Blancs et Voir Ensemble, Le handicap maltraité par le Département du Nord 

Informations.handicap.fr, Coup dur dans le Nord : 10 millions d’aides handicap en moins