Féminicides et violences conjugales : quelle mobilisation départementale ?

Mots-clés : , , ,

Martine FILLEUL a interpelé la majorité départementale sur le sujet des féminicides qui fait l’actualité. En effet, 117 femmes ont été tuées par leur conjoint en France depuis le début de l’année 2019. Il est urgent d’agir. Que fait le Département du Nord ?

La région est particulièrement concernée par les féminicides. Le Nord figure en effet parmi les cinq départements les plus touchés. Au mois d’août 2019, 4 femmes avaient péri depuis le début de l’année, victimes de leur conjoint ou ex compagnon. En 2018, 9 179 atteintes ont été recensées dans le Nord. De nombreux enfants sont co victimes. Cela est indigne et inacceptable.

Les violences conjugales ne sont pas une fatalité. Il est urgent d’agir. Chef de file de l’action sociale, le Département du Nord a une responsabilité politique importante contre ce fléau.

Malheureusement, les financements départementaux ont été revus à la baisse en 2015 avec le changement de majorité politique. Plusieurs associations et organismes ont alors subi des coupes budgétaires : le Conseil Départemental de l’Accès aux Droits (CDAD), les Centres d’Information des Droits des Femmes et des Familles (CIDFF), les Maisons de la famille, Femmes solidaires du Nord, Louise Michel…

Nous déplorons le manque de soutien aux partenaires associatifs mais également l’absence d’une véritable politique de défense des droits des femmes portée au sein de l’exécutif départemental. Le sujet a totalement disparu des écrans radar. Qu’est devenu l’Observatoire départemental des violences faites aux femmes ?

Le Département du Nord pourrait, comme le Pas-de-Calais, organiser un Grenelle départemental afin de se remobiliser en rassemblant l’ensemble des acteurs et des professionnels comme cela a été fait le 27 novembre 2014 avec le colloque « violences conjugales : mieux comprendre pour mieux agir ».

Mais surtout, la majorité départementale actuelle doit revenir sur ses désengagements et accorder davantage de moyens aux associations qui luttent contre les violences faites aux femmes : il s’agit d’un combat prioritaire !