Egalité femmes hommes : soyons plus que jamais vigilants !

Mots-clés : , , ,

Soraya Fahem est intervenue sur le rapport « égalité femmes hommes » présenté chaque année au Conseil départemental du Nord : l’occasion de rappeler notre vigilance dans la période actuelle de crise sanitaire et sociale.

Concernant l’égalité femmes hommes au sein des services départementaux, nous avons fait plusieurs observations.

1. La promotion interne est en faveur des hommes.

93 agent(e)s ont bénéficié d’une promotion interne (2 % des promouvables). Alors que les femmes représentent 71 % des agent(e)s pouvant bénéficier d’une promotion interne, elles ne sont que 37 % à avoir été promues en 2019, ne représentant que 0,6 % de l’effectif total.

2. Sur le recours à la formation, les femmes ne représentent en 2019 que 34 % des agent(e)s formé(e)s.

3. En matière de rémunération, les écarts au Département du Nord sont en défaveur des femmes. Les écarts moyens de salaire pour les fonctionnaires de la catégorie C sont de 22 €, de la catégorie B de 20 € mais de 358 € pour la catégorie A. L’écart se creuse nettement pour les contractuels avec une différence de 514 € entre les femmes et les hommes. Enfin, signalons que les femmes sont aussi largement pénalisées quant à l’âge de départ à la retraite.

4. Concernant l’exposition aux risques professionnels, les femmes sont davantage victimes d’accidents de service ou d’accidents de travail.

5. Enfin, nous approuvons sans réserve la mise en place en interne de dispositifs de signalement contre les violences sexistes et sexuelles. Cependant, il faut évaluer leur efficacité alors qu’ils n’ont jamais été saisis en 2019.

Concernant les politiques départementales en faveur de l’égalité femmes hommes, nous avons bien noté les actions dans les domaines de l’éducation, du sport, de la culture et de l’action sociale.

Mais il faut aussi et surtout rappeler la vigilance particulière que nous devons avoir à l’égard des femmes dans le contexte actuel de crise sanitaire qui est aussi synonyme de crise sociale.

Les chiffres montrent en effet une nette augmentation des violences conjugales durant le premier confinement.

En avril 2020, le numéro 3919 pour les femmes victimes a reçu 30 000 appels, trois fois plus qu’en février ou mars.

Cela démontre la nécessité d’amplifier notre action dans la lutte contre les violences faites aux femmes, notamment sur le soutien aux associations et sur la problématique des places d’hébergement adapté.