Covid-19 : nos priorités pour la continuité du service public départemental

A l’occasion de la Séance Plénière du 24 avril, nous avons défendu nos priorités pour l’action départementale. Logement, accompagnement des personnes âgées et handicapées, aide aux plus démunis, protection de l’enfance, soutien aux familles de collégiens : notre collectivité doit redevenir un véritable bouclier social face à la crise. L’urgence est sanitaire. Elle est aussi sociale !

Fonds de Solidarité Logement (FSL) : un outil à mobiliser

Le FSL peut apporter une aide aux ménages en difficulté afin d’accéder ou se maintenir dans un logement décent et payer les factures d’énergie, d’eau ou de téléphone.

L’instruction des dossiers d’aides est une priorité face à la précarisation économique des familles touchées par le chômage et la perte de revenus.

Afin de mieux accompagner les plus fragiles, les plafonds des aides individuelles et les critères d’octroi du FSL du Nord doivent être augmentés et élargis sur le modèle du Département de Loire Atlantique qui a débloqué des financements supplémentaires.

Protection de l’enfance : soulager la contrainte du confinement

Pour l’instant, la majorité départementale a proposé à des agents départementaux de venir renforcer les effectifs dans les foyers d’hébergement. Cet appel au volontariat est le bienvenu. Toutefois, le véritable enjeu demeure le renforcement des effectifs des éducateurs présents en permanence au sein des foyers dans les périodes de crise comme dans les périodes moins critiques.

A court terme, nous demandons que des financements supplémentaires puissent être débloqués dans cette période de confinement pour l’achat de moyens pédagogiques, d’activités de jeux et d’éveil, de matériel sportif en fonction des besoins des établissements.

Dès la fin du confinement, nous souhaitons que le plus grand nombre possible de jeunes de l’aide sociale à l’enfance puissent bénéficier d’un départ en vacances. La majorité départementale a diminué les crédits de cette ligne budgétaires. Les besoins doivent être évalués et les financements abondés.

Mineurs Non Accompagnés : garantir leur protection

Les acteurs associatifs déplorent la difficulté d’accès à la mise à l’abri, notamment pour les jeunes identifiés à Grande-Synthe en raison de l’omniprésence des passeurs qui font entrave au service départemental de la protection de l’enfance. Des solutions d’accompagnement doivent être trouvées en partenariat avec l’Etat.

Soutien aux associations caritatives : une aide départementale supplémentaire est nécessaire

La presse quotidienne régionale a pointé les difficultés de certaines associations caritatives qui souffrent du manque de matériel de protection et de la diminution du nombre de bénévoles disponibles alors que les besoins d’aides alimentaires augmentent.

Le Département du Nord peut agir : soutien logistique aux structures, approvisionnement en masques, gants et gel hydro alcoolique, financement de bons solidaires ou préparation de paniers repas dans nos cantines scolaires pour les familles de collégiens.

Équipement informatique des collégiens : apporter des réponses face à la fracture numérique

La continuité pédagogique est une priorité pour les élèves scolarisés dans nos collèges. Cependant, l’accès à l’outil numérique, devenu indispensable pour accéder aux ressources éducatives en ligne, n’est pas garanti pour l’ensemble des familles. Des solutions doivent être trouvées alors que nous n’avons encore aucune véritable certitude sur la date du retour des collégiens dans leur établissement scolaire.

Lutte contre les violences intra familiales : renforcer le suivi

Les équipes départementales de la Protection Maternelle et Infantile et les travailleurs sociaux des Unités Territoriales de Prévention et d’Action Sociale sont un maillon de repérage et d’accompagnement dans les territoires. Sur le modèle de plusieurs départements, le Nord peut prendre des dispositions telles que la réservation de chambres d’hôtel ou de places d’hébergement.