fotolia_49465661_m

Autonomie des jeunes de l’Aide Sociale à l’Enfance : “Vous demandez aux jeunes d’être plus solides que ce que nous demandons à nos propres enfants”

Mots-clés : , , ,

STANIEC 10x15Par Marie-Christine STANIEC, Conseillère départementale du canton de Lille 5

Fin 2014, la majorité départementale avait mis en œuvre une nouvelle politique d’accompagnement des jeunes majeurs issus de l’ASE. L’objectif ? Prévenir les risques de rupture lors du passage à la vie d’adulte. En effet, les jeunes sortants de l’ASE sont encore plus exposés aux problèmes de formation, de santé, d’insertion et de logement.

Notre politique était conçue pour démarrer à 16 ans et pouvant se prolonger au-delà des 21 ans. La nouvelle majorité, quant à elle, insiste sur l’autonomie dès 16 ans, pouvant, éventuellement, se prolonger après les 18 ans seulement sous certaines conditions.

En outre, notre politique prévoyait des plateformes territoriales de prévention et d’insertion, instances de proximité afin d’articuler nos réponses à l’ensemble des besoins des jeunes de 11 à 25 ans. Désormais, la majorité départementale insiste sur le changement de référent pour le jeune âgé de 18 ans qui sera suivi par les services départementaux dans les UTPAS aujourd’hui débordées par le travail.

Enfin, la droite départementale parle de contrat de responsabilité entre les jeunes de l’ASE et le Département. Elle insiste avant tout sur leur réussite. Or, les jeunes suivis par la protection de l’enfance doivent pouvoir, comme tous les autres jeunes, se réorienter en cas d’échec, bénéficier d’un accompagnement plus long et ne pas être stigmatisés.

Si l’autonomie est l’objectif du Département, ce n’est pas cette politique qui la favorisera !

ASE MC Staniec