1882017841_bb3de1c2945535cd39858b068fc53fca_164603052_B973953857Z.1_20141103072725_000_GR03D8SN6.1-0

Au Conseil départemental du Nord, des dossiers importants et clivants

Mots-clés : ,

11130477_10203800333951994_3059934275058832724_oEDITO de Didier MANIER, Président du Groupe SRC

Depuis plusieurs mois, les élections présidentielles et législatives saturent les canaux d’information, monopolisent les temps d’antenne et les couvertures de presse. En marge de l’actualité nationale, la vie politique régionale, départementale et locale poursuit son cours. Au Conseil départemental du Nord, la Séance Plénière du 22 mai dernier n’était pas une réunion anodine. Des dossiers clivants aux conséquences importantes ont été présentés par la majorité départementale de droite.

Il s’agit de la politique jeunesse et en particulier du soutien aux Clubs de Prévention. La droite ne perçoit pas tout l’intérêt des structures présentes dans les quartiers défavorisés de nos communes afin d’accompagner les jeunes les plus fragiles qui ont décroché et se retrouvent livrés à eux-mêmes. Les Clubs de Prévention ont subi des coupes budgétaires à répétition. Ils devront fusionner pour survivre.

Il s’agit également des dossiers sociaux concernant l’accompagnement des personnes âgées. La droite transforme les Comités Locaux d’Information et d’Orientation mis en place par la gauche en relais autonomie avec des disparités de financement importantes entre les territoires et des moyens budgétaires qui ne leur permettront pas de répondre à leurs nouvelles missions. En outre, la droite vient d’instaurer une tarification unique pour les services d’aide à domicile bien inférieure aux coûts réels des prestations avec, pour conséquence, une fragilisation économique du secteur et des emplois de l’aide à domicile.

Droite et gauche n’ont pas le même projet, ni la même gestion, ni les mêmes valeurs sur le plan de la justice sociale, de l’équité territoriale et du service public. Le débat en Séance Plénière sur le Compte Administratif 2016 (document-bilan de l’année budgétaire écoulée) est particulièrement révélateur.

La gauche avait stabilisé les effectifs de fonctionnaire au sein des services départementaux. La droite a supprimé 168 postes permanents sur le seul exercice 2016. La qualité du service public départemental et du climat social au sein de la collectivité souffrent déjà.

La gauche avait sanctuarisé le budget de la culture. En 2016, la droite a baissé de 400 000 euros ses crédits. Les associations de proximité, les festivals et les grandes scènes sont les premières touchées.

La gauche avait déployé des moyens pédagogiques supplémentaires dans les collèges. La droite a baissé de 4,9 millions d’euros le budget en faveur de l’éducation. Exit le transport gratuit des élèves en zone urbaine, le Projet Educatif Global du Collégien, les bourses départementales…

Enfin, la gauche n’avait pas augmenté la fiscalité depuis 2009. Malgré ses promesses lors de la campagne électorale, la droite a augmenté de 25,7% le taux de taxe foncière. Le Nord s’est classé au rang de la quatrième plus forte augmentation de France. En 2017, comme en 2016, il s’agit d’un prélèvement supplémentaire de plus de 100 millions d’euros sur les ménages et les entreprises nordistes.