Allons vers la gratuité des transports publics !

Mots-clés : , , , , , , , , ,

En déplacement avec Martine AUBRY à Dunkerque ce jeudi 5 septembre, j’ai eu l’occasion d’échanger avec Patrice VERGRIETE sur la stratégie choisie par la Communauté urbaine de Dunkerque en matière de transports publics.

Comme l’a indiqué Martine AUBRY, la Métropole Européenne de Lille doit s’engager progressivement vers la gratuité dans les transports en commun. C’est un levier important en matière de mobilité, de transition écologique mais également de santé publique.


Pour la MEL, cette transition ne peut se faire que progressivement au regard des enjeux financiers. Comme l’a rappelé Martine AUBRY, l’engagement doit être pris d’opter, dès 2020, pour la gratuité en direction des jeunes de moins de 18 ans, des étudiants, des lycéens de plus 18 ans, des personnes en situation de handicap, des retraités à faibles revenus et vers la gratuité pour toutes et tous les jours des pics de pollution.

En parallèle, je souhaite que soit étudié la possibilité d’engager la gratuité pour tous sur le réseau bus de la MEL. Cette mesure permettrait d’une part d’encourager l’utilisation des transports en commun pour les petits trajets du quotidien mais également de contribuer à désengorger le métro et le tramway dans l’attente des futurs gros investissement prévus dans le nouveau Schéma directeur des infrastructures de transport (SDIT).

La mobilité sur le territoire métropolitain est un enjeu qui dépasse bien largement la seule Métropole Européenne de Lille. Nombre de Nordistes et d’habitants des Hauts-de-France sont impactés par la congestion sur ce territoire par le biais de leurs trajets domicile – travail ou par la pollution de l’air qui ne connaît pas de frontières.

C’est dans cet esprit que j’ai initié le 30 janvier 2014, en ma qualité de vice-président en charge des transports et des infrastructures, la première conférence mobilité métropolitaine réunissant l’ensemble des acteurs et financeurs pour mettre en œuvre des solutions concrètes. C’est  d’ailleurs dans ce même esprit que j’ai souhaité que le Département du Nord prenne part à l’effort collectif en participant au financement du doublement de la ligne 1 du métro à hauteur de 50 millions d’euros.

Force est de constater que depuis 2015, le Département du Nord s’est détourné de ces questions essentielles pour notre territoire.